( 20 août, 2011 )

Le tirage en croix au tarot

On a coutume de dire: « se tirer ou se faire tirer les cartes ». C’est une expression pourvue d’une connotation quelque peu péjorative.

Cependant, elle se distingue clairement de celle qui consiste à dire : « jouer aux cartes ».
Cette nuance existant entre « tirer les cartes » et « jouer aux cartes » sous-tend implicitement que « se tirer les cartes » n’est pas un jeu et le test voyance non plus. C’est peu-être la raison pour laquelle nous nous croyons souvent obligés de nous soumettre tout un cérémonial pour consulter l’oracle du tarot. Nous voulons ainsi souligner le fait que nous allons commettre un acte sortant de l’ordinaire ; bien que nous nous en défendions, nous donnons à la consultation du tarot divinatoire un caractère sacré et quasi religieux, au sens vrai de ce qualificatif, révélant le lien subtil existant, ou la relation établie entre des éléments distincts ou étrangers en apparence.

 

( 10 mai, 2011 )

Un magnétisme curatif pour apaiser et soulager les maux

Dans ce domaine du magnétisme curatif que je connais un peu, il y a beaucoup d’hommes qui ne se contentent pas de soigner des malades ou de vendre des diplômes. Il y en a qui cherchent à comprendre, qui échafaudent des théories et proposent des explications sur les magnétiseurs et le magnétisme en règle générale.

Elles valent ce qu’elles valent, bien sûr, mais de l’effort de l’un d’entre eux, ou de tous, jaillira peut-être un jour la lumière. Il ne faut donc pas essayer de les décourager, ce qui semble du reste, difficile.

Au contraire, les scientifiques devraient suivre leurs efforts et leurs recherches, sans tenir compte des parchemins ou des diplômes. Est-ce vraiment trop difficile ? »

( 10 mai, 2011 )

Esprits désincarnés utilisés par les envoûteurs: les larves

Que sont les larves ?

Il s’agit de l’esprit des morts à la poursuite de vivants. Dans l’Antiquité, ce mot désignait le spectre d’une personne ayant commis un crime de son vivant ou décédée de mort violente.

Souvent représentées grimaçants ou sous la forme de squelettes, qui venaient terrifier les vivants. Certains envoûteurs comptaient sur l’aide d’une larve pour porter la mort à distance. Il convient dans certains cas d’avoir recours à des fins informatives au test médium pour connaître son niveau de compétence pour ce qui a trait au médiumat.

C’est un esprit désincarné de bas niveau moral qu’assoiffe particulièrement l’énergie subtile des vivants, il s’en nourrit pour prolonger son existence. Les larves sont des entités de cette dimension intermédiaire qui est dépourvue de conscience. Elles naissent de concentration d’énergie provenant d’actes de cruauté, de violence et autres.

Elles sont irrésistiblement attirées par le sang et abusent les mages en se faisant passer pour d’autres entités. Notamment lors de séances spirites.

( 13 avril, 2011 )

Magnétisme et guérison troublante

Citez une guérison troublante pour le magnétiseur que vous êtes?

Il s’agit de celle du petit Michel N., habitant Rombas en Moselle. Il avait 14 ans à l’époque des faits. Ses parents, que je ne connaissais pas, m’avaient contacté par téléphone.
Au cours de notre conversation, ils me décrivent l’état dans lequel se trouve leur fils :
anorexique depuis plus de cinq mois, ne se nourrissant que d’un demi-litre de jus d’orange par jour, sujet à des vertiges fréquents qui le paralysaient totalement, ne s’exprimant que quatre à cinq secondes par minute, paralysé du bras droit, incapable de marcher plus de quatre à cinq pas de suite.

Les parents ne souhaitant pas transporter leur fils, j’ai accepté qu’ils viennent me chercher un samedi soir, à condition d’être de retour à Rueil le lendemain à dix heures. J’ai traité en utilisant tout mon don de magnétiseur le jeune Michel une première fois vers minuit et ce pendant une heure et une deuxième fois le matin à six heures.

Sur le chemin du retour, les parents me harcelaient en me demandant si j’allais guérir leur enfant.
Je leur répondis que j’avais fait le maximum et qu’il fallait attendre quatre à cinq jours pour avoir, soit un résultat, soit une amorce de résultat pour voir si le 6ème sens du magnétisme avait été bénéfique.
Si rien ne se passait, je proposais d’intervenir une deuxième et dernière fois deux semaines plus tard.Le jeudi matin (donc quatre jours plus tard) vers neuf heures, le téléphone sonnait et, à ma stupéfaction, c’est Michel N. lui-même qui me parlait et m’annonçait sa guérison.

Effectivement, un quart d’heure auparavant, il s’était entièrement « débloqué », d’un seul coup, en disant : « J’ai l’impression que quelque chose est parti de moi. »Alors j’ai pleuré de bonheur tout en remerciant le Seigneur de m’avoir donné cette joie, ce magnétisme et surtout de guérir Michel.
Deux semaines plus tard je revenais à Rombas, non plus pour soigner Michel, mais invité par la famille pour pouvoir me rendre compte « de visu » que Michel était bel et bien guéri. J’étais heureux !
C’est là que j’ai vraiment réalisé que je faisais le plus beau métier du monde.

12
Page Suivante »
|