( 13 avril, 2011 )

Qu’en est-il du magnétisme à distance ?

Pratiquez-vous le magnétisme à distance ?

Non ! Je me refuse à le faire. Car pour moi rien ne vaut le contact direct avec le patient.
Avoir son patient face à soi, près de soi, est beaucoup plus enrichissant et motivant que l’anonymat d’une photo ou d’une mèche de cheveux.

Le magnétisme à distance est beaucoup plus pénible à pratiquer que le magnétisme en direct sur le patient.
Certains préfèrent quand même cette méthode pour laquelle ils s’estiment peut-être plus forts et plus doués que moi.

Quand le patient vient me consulter, je le soigne avec tout mon amour et toutes mes forces avec un magnétisme puissant (je fais de mon mieux). Je réussis ou j’échoue, mais je sais que j’aurai fait le maximum pour le guérir.

Avec les soins à distance, ce n’est pas toujours évident mais surtout c’est incontrôlable.
J’en veux pour preuve toutes les doléances que je reçois à ce sujet. Combien de personnes m’avouent avoir demandé des traitements et séances de magnétisme à distance !

Elles n’ont jamais vu le magnétiseur mais seulement échangé du courrier avec lui. Pendant des mois, elles ont attendu en vain un soulagement ou une guérison mais rien ne s’est produit, sauf de temps à autre une relance du magnétiseur demandant un supplément d’honoraires pour « consolider son travail ».

Une chose est certaine, c’est une méthode profitable pour les magnétiseurs malhonnêtes et qui jette le discrédit sur notre profession.

( 13 avril, 2011 )

Ce qu’il faut savoir sur les magnétiseurs…

Ajoutez-vous d’autres techniques au magnétisme ?

Oui. La phytothérapie. Maurice Mességué m’a initié à cette technique à laquelle j’ajoute tout mon don de magnétiseur et ses conseils m’ont été très bénéfiques. Je lui dois, et je lui voue, une grande reconnaissance.

Sur beaucoup d’affections, la phytothérapie associée au magnétisme permet d’obtenir des résultats beaucoup plus rapides surtout sur des affections dues à des carences d’assimilation et d’élimination; à ce propos j’invite toutes celles et ceux qui le souhaitent à effectuer un test du  magnétiseur afin de connaître leurs possibilités d’évolution.

Le magnétisme arrive à « débloquer » les organes malades et les plantes sont souveraines pour drainer l’organisme.
Il est d’ailleurs utile de préciser qu’il est absolument impératif d’acheter des plantes ou des gélules de plantes dont la qualité soit irréprochable.

Tout consommateur est en droit d’exiger des plantes garanties saines.
C’est-à-dire des plantes comportant le label LMR (limites maximales de résidus).
Presque tous les pays de la Communauté Economique Européenne ont adopté ce label qui élimine systématiquement les plantes impropres à la consommation et ne vous empêche pas de participer à une séance de magnétisme si vous n’êtes pas trop fatigués.

Pour l’instant, en France, rien n’a encore été fait à ce sujet et notre marché est inondé de plantes qui ont été refusées par nos voisins européens. Cette précaution est même devenue impérative depuis que certains pays producteurs de plantes ont été survolés par le sinistre nuage de Tchernobyl !Il y a plus de trente ans déjà que Maurice Mességué prône la consommation de plantes saines, dénonce les risques de pollution à venir et commercialise ses plantes du magnétisme exemptes de résidus de produits phytosanitaires, après avoir effectué, à ce jour, plus de dix mille analyses en laboratoire.A l’époque on le prenait pour un « illuminé ». Maintenant, beaucoup de gens se sont emparés de ses découvertes et à la limite revendiquent le monopole de fournir des plantes saines.

( 12 avril, 2011 )

Quels cas un magnétiseur ne peut-il pas traiter ?

Dans quels cas l’intervention d’un magnétiseur n’est pas utile ?

Quand un diagnostic médical précis n’a pas été établi parce que tous les examens nécessaires n’ont pas encore été effectués.
Je m’abstiens alors d’intervenir car le magnétisme, en calmant la douleur, peut modifier les symptômes de la maladie et, de ce fait, laisser établir un faux diagnostic médical ou tout simplement faire croire au patient qu’il est guéri, alors qu’une grave maladie s’installe en lui; le but étant d’utiliser un magnétisme curatif et d’apaiser les maux des patients.
Je n’interviens pas non plus quand j’estime que l’affection dont souffre le patient n’entre pas dans mes compétences. D’ailleurs c’est là que réside le problème le plus délicat pour un magnétiseur sérieux :

  • refuser de traiter un patient quand c’est inutile et savoir le lui dire avec assez de tact pour ne pas lui faire croire qu’il est incurable et que tout est perdu pour lui. C’est pénible de dire non à quelqu’un.
    Il ne faut pas en effet oublier que 90 % des patients qui viennent nous consulter ont tenté toutes les thérapies officielles sans succès.

D’ailleurs une bonne moitié d’entre eux me disent en arrivant :

  • « Je viens vous voir car vous êtes mon dernier recours ! »

Face à un tel état d’esprit, il ne faut pas donner de faux espoirs mais plutôt user de beaucoup de tact, de diplomatie, de psychologie pour aider, malgré tout, cette personne malade sans abuser de la situation.

( 12 avril, 2011 )

Pratique du magnétisme sur un patient

A quel moment pratiquer le magnétisme sur un patient ?

Le magnétiseur doit éviter de magnétiser s’il sent qu’il est trop fatigué et s’il n’a pas cet excès d’énergie qui représente le vrai potentiel magnétique.

Le patient doit être reçu aux jours et heures qu’il préfère par un bon magnétiseur. Et on ne doit pas le faire attendre. Ainsi il est mieux conditionné donc plus réceptif.

Alors que s’il est bousculé par son travail et qu’il fait du « contre la montre » pour venir consulter, qu’il attend trop longtemps, il s’énerve et perd ainsi, en partie, le bénéfice de la séance.

Chaque patient a sa propre réceptivité, sa propre sensibilité. Savez-vous que j’ai remarqué, chez certains patients, une réceptivité qui varie selon les phases lunaires?

12
« Page Précédente
|